Août 2015: Opération "portes ouvertes"


Le maire avait souhaité, entre autre, faire de cette journée, un moment d'information avec la présence du Symove pour le tri sélectif, celle de la CCRB dont les agents ont collecté bons nombres de déchets informatiques, électroniques et ménagers destinés au reconditionnement ou au recyclage.



La nouvelle bibliothèque municipale. Colette Merma et Élisabeth Rabourdin vous attendent avec plus de 2700 livres. En 2014, il y a eu plus de 1600 prêts de livres. Pendant cette journée "portes ouvertes", la salle des associations était investie par Sandy Sanchez, maître verrier, qui a proposé aux enfants des ateliers de créations.



Les élus des villages voisins étaient présents ainsi que Madame Fumery, conseillère du canton de Mouy.

 

La réalisation de ce grand projet a nécessité du temps, beaucoup de réunions de chantier hebdomadaires entre les élus, l'architecte et tous les professionnels du bâtiment. Mais rien n'aurait pu se faire sans les subventions accordées par le Conseil général présidé alors par Yves Rome et par la Région représentée par la vice-présidente, Béatrice Lejeune. Ce sont pas moins de 70% de subventions.

Tout est dit. Les enfants d'aujourd'hui, et ceux de demain, n'ont plus qu'à profiter de la cantine; les neuvilloises et neuvillois à s'inscrire en nombre à la bibliothèque municipale; les associations à préparer leur planning pour leurs futures réunions; et les anciens du village à investir ce nouveau lieu.



La cantine scolaire, un projet de longue date

 

Comme l'a fait remarquer Jean-François Dufour en introduction à son discours, la cantine scolaire est un projet de longue date. En effet, dès 1983-84, l'arrivée de familles avec enfants dans le lotissement fraichement construit, a soulevé le problème de la restauration du midi. Certains enfants bénéficiaient déjà de ce service sur la région parisienne. Une association de parents d'élèves s'est alors constituée et très vite, ce projet a été proposé au maire d'alors, Jacques Lefort pour ne pas le nommer. 

 

L'existence d'un regroupement scolaire, d'une ruralité bien ancrée, et sans doutes la perspective de travaux financièrement conséquants ont fait qu'à ce moment-là,  ce n'était pas une priorité.

 

Il faudra attendre 30 années pour voir ce projet aboutir.


 

Jean-Francois Dufour rappellera, à juste titre, que sans les subventions du Conseil général et du Conseil Régional, rien n'aurait pu se faire.

 

Désormais, tout au long des travaux qui devraient débuter dans quelques semaines, le maire, les élus et plus particulièrement la commission des travaux seront présents, chaque semaine aux réunions de chantier et resteront à disposition de la population pour l'informer de l'avancée des travaux.